janvier
février
mars
avril
mai
juin
juillet
aout
septembre
octobre
novembre
décembre
Viens, mais ne viens pas quand je serais seule.
Numéros 22 à 27 - On se rappelle
ENSAP / YGREC
Programmation de films, concerts, performances etc. à l’Écran Voisin tous les dimanches dans le cadre de l'exposition “Viens, mais ne viens pas quand je serai seule” à la galerie Ensapc Ygrec.

22. “Souvenirs du Dopplegänger”
Alexia Foubert
2017 • 15mn • vidéo HD
Des joueurs de Donjons et Dragons se réunissent pour retracer une partie vécue ensemble. Ce film tente de rendre perméable l’expérience d’un jeu où la parole a effet d’action, et où la frontière poreuse joueur/personnage évolue dans un univers arpenté à plusieurs et pourtant constitué de toutes les nuances de projections propres à chacun.

23. “Lectures Marseille”
Antoine Vallé
2017 • 15mn • vidéo HD
Tout commence sur un bateau, un motif de danse est vu sur une jetée. C’est une excursion sur l’île du Frioul. Jeanne lit un texte de Sylvain Laquier qui parle de la clôture. Les images montrent différents choix de cadrages sur le paysage, des personnes dans leur paysage qui l’observent et un photographe à la recherche de l’inatteignable. Un nouveau texte est lu Le lit. Un nouveau patern de danse est récolté dans une crique au cœur de la ville. Le film se termine sur la lecture d’un texte intitulé Le rat. Extrait : « Le rat qui sort de son trou, si vite disparu dans une nouvelle cavité. Comme une image, un geste vu et impossible d’en faire une image, se laissant juste traverser par des atmosphères ».

24. “Solo n°2”
Jessica Guez
2017 • 10mn • performance
Signes préexistants : déformés, flous, adaptés, appropriés ou littéraux.
1 : Des représentations et des danses / 2 : Dire, faire et voir / 3 : Refaire, revoir.

25. “Palma”
Ana Paula Gusmao
2017 • 12mn • performance
Palma a le désir d’interconnecter à la musique, les sensations physiologiques telles que la douleur et le rire. Le travail se fonde, en particulier, sur le “palo flamenco” des bulerias, dont les palmiers et ayeos forment une imagination personnelle qui jouxtent les sentiments opposés. L’histoire racontée et la manière dont elle est dite, sont une tentative d’amener le spectateur à un voyage express plus près de la douleur, de l’abandon et de la subversion.

26. “Lina et Margot”
Théo Hillion
2016 • 9mn • vidéo HD
Lina raconte comment elle a rencontré Margot et explique pourquoi elle a eu envie de travailler avec elle.

27. “Entrée libre au musée de la précarité”
Zukhra Saripova
2017 • 25mn • vidéo HD
En général, les foyers d’hébergement pour travailleurs immigrés, jeunes ou vieux, pour demandeurs d’asile, pour réfugiés, pour des femmes ou des hommes isolés, etc... sont des lieux interdits d’accès, on ne peut pas y entrer. Mais dans ce foyer, l’accès est libre, la porte est toujours ouverte. Leur « chez eux » devient alors un lieu de « visite libre », les cuisines, les parties communes, la salle de prière... les chambres sont ouvertes, on les voit se promener, cuisiner, se laver dans leurs tenues de nuit ou de maison. Je propose une promenade dans ce bâtiment. Chez eux, chez nous, dans un lieu intime et privé.

+ d'infos

Créée à Cergy-Pontoise dans la France des années 70, l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy invente, expérimente, innove depuis 40 ans pour être aujourd’hui une école à la pointe, productrice d’artistes et de talents internationalement reconnus. L’enseignement de l’ENSAPC couvre un très large spectre de disciplines et croise le domaine des arts visuels, de l’écriture, du spectacle vivant et du cinéma. Pilotés par des artistes et des théoriciens exigeants, les projets pédagogiques sont construits en articulation étroite avec des structures publiques et privées françaises et internationales de haut niveau, dans le champ de la création.


AOUT 27/08 15h00 films tout public
brothers
Le Collectionneur // Bielutine - dans le jardin du temps
Thomas Lévy-Lasne // Clément Cogitore
“Le Collectionneur”
Thomas Lévy-Lasne
2017 • 24mn • fiction
Avec Benoît Forgeard et Pierre Jouan
Produit par Nicolas Anthomé / Chef opérateur Tom Harari / Musique originale Julien Gester

Émilien, jeune peintre figuratif, est accueilli par un très grand collectionneur qui s'apprête à déménager pour Hong-Kong. Au milieu d'un fatras de cartons, ils discutent peinture. Le collectionneur dévoile son immense et surprenante collection ...

Thomas Lévy-Lasne est un des représentants les plus importants de la jeune peinture figurative française. Inspiré par les maîtres anciens et modernes qu’il a fréquentés de manière rapprochée en assistant l’historien et critique d’art Hector Obalk pendant plusieurs années, l’artiste renouvelle les thèmes classiques – nu, portrait, paysage, scène de genre, etc. – et les redéfinit à l’aune de la vacuité apparente de notre contemporanéité technophile. Peintures à l’aquarelle ou à l’huile, dessins au fusain ou à la mine, son oeuvre engage un dialogue entre la matière de la réalité et la réalité de la matière. Sondant sans relâche les potentialités mimétiques du médium pictural, le peintre cherche à révéler la doublure du réel et à saisir la tension temporelle de l’image, son immédiateté et son mouvement.
Avec “Le Collectionneur”, Thomas Lévy-Lasne questionne la fuite inexorable du temps défiant tout artiste face à l’angoisse de l’inachèvement, et envisage l’hypothèse d’une délivrance dans une perspective faustienne.

//

“Bielutine - Dans le Jardin du Temps”
Clément Cogitore 2011 • 35mn • couleur

Quinzaine des réalisateurs 2011/ Prix du FIDLAB _ Festival international du documentaire de Marseille 2010 / Rencontres internationales du documentaire de Montréal 2011

Reclus dans leur appartement de Moscou, Ely et Nina Bielutine veillent jalousement sur une des plus importante et mystérieuse collection d'art de la Renaissance.
Entourés de leur corbeau et de leurs chats et sous l'oeil de Léonard, Titien, Michel-Ange et Rubens, Ely et Nina évoluent dans une fiction, un monde qui n'existe que pour eux, un monde où l'art et le mensonge ont peu à peu pris le pas sur la réalité.

Clément Cogitore est un artiste français dont le travail cinématographique et photographique porte en lui un puissant questionnement sur la fabrication des images et la part active de leurs apparitions dans les constructions humaines. Ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome-Villa Médicis, ses films ont été sélectionnés dans des festivals internationaux (Cannes, Locarno, Lisbonne, Montréal...) et ont été récompensés à plusieurs reprises. Son travail a également été exposé au Palais de Tokyo, au Centre Georges Pompidou, ou au MoMA de New-York. En 2015 son premier long-métrage “Ni le ciel Ni la terre” a été récompensé par le Prix de la Fondation Gan au Festival de Cannes – Semaine de la critique et nommé pour le César du meilleur premier film. En juillet 2017, son film Braguino a reçu la mention spéciale du Grand Prix de la compétition internationale du FIDMarseille.

AOUT 27/08 17h00 film tout public
brothers